Imágenes de páginas
PDF

CHAPITRE X_

CHAPITRE XI

CHAPITRE XI]

L'ÉGLISE. —— Thèse de M. Ernest Naville : 1 Ou Jésus-Christ n’a point organisé (l'Église, ou l'Eglise catholique est celle qu'il n organisée. 1 — Fait historique de l'établissement de I'Eglisc par Jésus-Christ. — Impossibilité d’une égalité de droits entre les sectes et l'Église. —La grâce manque où la vérité n'est pas.

> — Certitude nécessaire à la foi. ——Certitude donnée par l’autorité extérieure de l'Eglisc. — Démonstration de Mgr ll‘Ianning. — Insuffisance de la. Bible seule pour la certitude de la foi. —— Traduction récente de la Bible polir le centenaire de Luther : plaintes des consistoires de l'Allemngne. — Efforts de I’Angleterre pour revenir à l'interprétation de la Bible par une autorité. — Infaillibilité de l'ICglise. —— Voir de Dieu entendue par l'organe de I'Eglise. — Vigilance de l'Eglise pour garder l’intégrité de la Bible. — Lecture de la Bible en langue vulgaire permise. — Règle de foi de saint Vincent de Lérins. — Pièges des textes bibliques cités par les adversaires de l’Eglise . . . . . . . 256

CHAPITRE Xlll

Les on:cmr:s ou PRO'I‘ESTAN'I‘ISHE. — Erreurs de Luther, avant la prédication des indulgences. — Lajustification par la foi seule; querelles à ce sujet. — Pharisaïsme de la foi, témoignage de Vinct sur la nécessité des œuvres. —— Démoralisation populaire après la réforme. —— Augoisses de Luther au sujet de son œuvre. —— Le ton de ses polémiques. —- Remords et désespoir final. -— Action du bras séculier pour imposer la réforme et proscrire le catholicisme. — Même procédé contre les anabaptistes. —- Introduction violente du protestantisme à Zurich, à Berne. à Genève et dans le canton de Vaud. — Régime de Calvin à Genève. —Ignorance de l'histoire du protestantisme. — Luther condamné par les universités de son temps. — Protestantisme confondu par Bossuet. — Précautions prises contre la Iceture des livres catholiques . . . . . . . . . . . .‘ . . . . 281

[merged small][ocr errors]

n La mission de la femme a , par le même. — Indifférence pour la
vérité, d’après M. Vinet. —- La neutralité est une injure à Dieu.
— a Toutes les religions sont bonnes. n — s Il ne faut pas
changer de religion w : réponse d'un protestant. — Conver-
sion du ministre Essliuger, de Zurich, et ses motifs. — Conver—
sion de M. Stevenson, professeur à Genève; lettre à son frère.
——Crise douloureuse, mais nécessairement victorieuse. -— Con-
version d'un pasteur suédois (1881), et sa lettre au consistoire.

— Résumé. — Récentes conversions de MM. d'0relli et Peste-

lozzi, à Zurich. — Reproches entre libéraux et orthodoxes pro-

testants, s'accusant mutuellement de pousser aux conversions.

-—— L'examen des religions, et la balance de la raison et de l’his—

toire. conduit invinciblement au catholicisme. — Discours de

M. Théodore de la Rive sur les Essai: de religions modernes.

— Obligation de confesser sa foi. -— Au lecteur! . . . . 305

[graphic][ocr errors]
[graphic]
« AnteriorContinuar »