Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small]

Fille de Jupiter et de Latone, Diane reçut un culte aussi étendu que celui d'Apollon son frère. Occupée à parcourir les forêts et les montagnes, elle fut regardée comme déesse de la chasse, et représentée en habit court avec l'arc et le carquois. « Plus que toutes les autres grandes déesses, Diane, dit Winckelmann, a les formes et l'air d'une vierge. Douée de tous les attraits de son sexe, elle paraît ignorer qu'elle est belle; cependant ses regards ne sont pas baissés comme ceux de Pallas; ses yeux brillans et pleins d'allégresse sont dirigés vers l'objet de ses plaisirs,la chasse. Ses cheveux sont relevés de tous côtés sur sa tête, et forment par derrière, sur le cou, un nœud à la manière des vierges; sa taille est plus légère et plus svelte que celle d'une Junon ou d'une Pallas.Le plus souvent Diane n'a qu'un léger vêtetement qui ne lui descend que jusqu'aux genoux. C'est la seule déesse que l'on voie quelquefois avec le sein découvert. » Ses jambes sont nues; mais ses pieds sont chaussés de riches sandales : une biche est près d'elle; sans doute c'est celle du mont Corynée, qui avait un bois d'or et des pieds d'airain : il est même à croire que le statuaire a voulu représenter l'instant où Diane rencontre Hercule au passage du Ladon, et lui enlève sa proie en le menaçant de ses traits : ainsi se trouvent motivés son air de sévérité et son regard animé par la colère. Cette superbe statue en marbre de Paros est digne d'être mise en parallèle avec l'Apollon du Belvédère. Parfaitement conservée, elle est en France depuis le règne de Henri IV, et fut placée pendant long-temps dans la galerie de Versailles. Elle a été gravée par Cl. Mellan en 1669; par Baquoi dans le Musée français; et par Heine, dans celui publié par Filhol.

Haut., 6 pieds 2 pouces.

[ocr errors][ocr errors]

Diana, the daughter of Jupiter and Latona, received as extensive a worship as that of her brother Apollo. Occupied in ranging the forests and mountains, she was looked upon as the goddess of the chase, and was represented in a short dress, with a bow and quiver.

« Diana, says Winckelman, has the figure and air ofa virgin, more than all the other superior goddesses. Gifted with all the attractions of her sex, she seems not to be aware ofher beauty; yet her looks are not cast down like those of Pallas; her bright and cheerful eyes are directed towards the object ofher delight, the chase. Her hair is gathered on all sides of her head, and forms behind, on her neck, a knot in the style worn by virgins ; her shape is lighter and more slender than a Juno's, or that ofa Pallas. Dianahas generally but a slight garment which descends to her knees merely.She is the only goddess seen with herbosom sometimes uncovered. »

Her legs are bare, but her feet have rich sandals : a hind is near her, no doubt that of mount Coryneum, which hadgolden antlers and brazen feet : it is even presumable that the statuary has intended to represent the moment when Diana, in crossing the Ladon, meets Hercules, takes his prey, and threatens him with her arrows : thus are explained the severity of her look, and her countenance animated by anger.

This magnificent statue in Paros marble, is worthy to be put in parallel with the Apollo of Belvedere. It is in high preservation; it has been in France since the reign of Henry IV, and was placed for a long time in the Gallery ofVersailles. It was engraved by Cl. Mellan, in 1669; by Baquoy, in the Musée Français; and by Heine, in that published by Filhol.

Height, 6 feet 6 # inches.

« AnteriorContinuar »