Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

-, - | - - - - - - - - - - - - - - - x | ) "-

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[ocr errors][merged small]

On a donné à ce tableau le titre de la Malédiction paternelle, mais s'il est déja pénible de penser à l'ingratitude d'un enfant, il semble plus triste encore de croire que le mot de malédiction - ait pu sortir de la bouche d'un père. Lorsque Greuze mit au salon de 1765 l'esquisse de ce tableau et de son pendant, il leur donna les titres du Fils ingrat et du Fils puni. Ces expressions sont plus convenables et plus conformes au caractère du peintre qui, en traitant habituellement des scènes familières, y a toujours mis une expression sentimentale qui ne produit que de douces émotions, et non pas des déchiremens semblables à ceux que causerait la vue d'un père maudissant son fils. Non, il ne le maudit pas; quelle que soit la grandeur des torts du fils, quelle que soit la colère du père, elle ne va pas jusqu'à maudire son fils. S'il se lève, ce n'est pas pour le chasser de la maison paternelle; il serait encore prêt à le recevoir dans ses bras s'il montrait le moindre repentir.

Greuze a placé dans sa composition la mère arrêtant son fils, tandis que les autres enfans cherchent à calmer leur père. L'expression de chacun des personnages est variée, et la couleur est d'une vigueur qui se rencontre rarement dans les tableaux de l'école française à cette époque.

Ce tableau fut acquis d'abord par l'abbé de Vire; il est maintenant au Musée, et a été gravé par R. Gaillard.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »