Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small]

L'histoire rapporte le détail du combat qui eut lieu entre les Horaces et les Curiaces; mais la scène représentée est ici une fiction inventée par le peintre; elle est au reste conforme aux mœurs du peuple guerrier. Le groupe des trois frères est noble et plein de vigueur : on croit les entendre prononcer le serment de vaincre ou de périr. La figure du père est moins fière; et, quoique l'on puisse rejeter sur son âge le peu d'assurance que l'on remarque dans sa pose, on se figure avec peine que ce soit là un des vieux soldats de Romulus.

Le groupe des femmes présente une variété d'expression aussi belle que touchante. La mère embrasse ses petits enfans qu'elle craint de voir orphelins. Sabine, femme de l'aîné des Horaces, ne peut cacher son émotion : l'inquiétude qu'elle ressent cause son évanouissement. Quant à Camille, un double motif vient émouvoir sa sensibilité; elle sent que le combat doit lui faire perdre ou ses frères ou son amant, et elle s'abandonne à la tristesse et aux larmes.

C'est au salon de 1784 que parut ce tableau; il fut accueilli par le public avec un enthousiasme extraordinaire et qui présageait ce que serait vingt ans plus tard la réputation du peintre David. Il est maintenant dans la grande galerie du Louvre; il a été gravé par Alexandre Morel.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »