Imágenes de páginas
PDF
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

II Depuis long-temps la sculpture était tellement négligée en olie, qu'elle semblait en quelque sorte n'avoir plus rien de o Érandiose dont cependant on voyait tant d'exemples dans les nombreux ouvrages des Grecs qui ornent les musées italiens. Canova, fils d'un tailleur de pierres, maquit avec un tel oment de la sculpture, qu'il ne tarda pas à se faire remaro, et que celui chez lequel il travaillait comme simple ou- o devina son talent, et lui procura les moyens de le développer. *ntoine Canova naquit à Possagno, près de Trévise, le "*novembre 1757. Il était encore enfant lorsqu'un jour il o l'attention d'un patricien de Venise, nommé Falieri, en "ont sur sa table un lion modelé avec du beurre Ce seiour plaça Canova chez un sculpteur nomméTorretti, et bientôt il y fit de grands progrès. On conserve encore à Venise ses oniers essais : ce sont deux corbeilles de fruits exécutées en "bre.Après la mort de Torretti, Canova continua quelque "ps ses études sous la direction de Ferrari, neveu de son onier maître; mais il ne tarda pas à le quitter pour étudier *"Académie des beaux-arts de Venise, où il remporta bientôt

"usieurs prix. Il avait vingt-deux ans lorsqu'il fit son groupe

II NoTICE IIISTORIQUE ET CRITIQUE

de Dédale et Icare : on fut si content de cet ouvrage, que le sénat de Venise l'envoya à Rome avec une pension de 3oo ducats. C'est en 1779 que Canova arriva dans la ville des beauxarts; mais à cette époque la sculpture avait singulièrement perdu le caractère de l'antique. Quelques savans luttaient alors en faveur d'une révolution devenue nécessaire, et les conseils comme les travaux de ces hommes habiles eurent la plus heureuse influence sur les travaux de Canova. C'est en étudiant la théorie de l'art telle que la concevaient Raphaël Mengs, le chevalier Hamilton, et surtout le célèbre Winkelman; c'est en mettant leurs leçons en pratique, que Canova sut se frayer une route alors nouvelle, et que pendant une longue vie il a marché de succès en succès. Il suffit aujourd'hui à son éloge de citer des ouvrages tels que les monumens d'Alfié1i et de Nelson, les groupes de l'Amour et Psyché, de Vénus et Adonis, les trois Danseuses, les Grâces, Pâris, Mars et Vénus, et surtout cette Madeleine repentante, l'un des plus riches ornemens du cabinet Sommariva, et peut-être le chef-d'œuvre de son auteur. De si importans travaux avaient rendu le nom de Canova célèbre dans toute l'Europe. Pendant les troubles de l'Italie, en 1798 et 1799, il accompagna en Autriche et en Prusse le prince Rezzonico, et à son retour à Rome le pape Pie VII le nomma inspecteur général des beaux-arts dans tous les ÉtatsRomains, avec une pension de 4oo écus. Mandé à Paris par le premier consul Bonaparte, Canova quitta Rome et l'Italie avec l'autorisation du souverain pontife : il fut accueilli en France avec tous les témoignages d'estime et d'admiration dus à un si grand talent. La classe des beaux-arts de l'Institut le reçut comme associé étranger. C'est pendant son séjour à Paris qu'il exécuta la statue du premier consul, qu'on a nommée aussi Mars pacificateur. On se rappelle que cette statue ne fut

SUR ANTOINE CANOVA , III

point exposée parce qu'elle ne plaisait point à Napoléon, qui dit en la voyant : Canova croit donc que je me bats à coups de poing ? Aujourd'hui elle appartient au duc de Wellington. En 181o, l'Académie de Saint-Luc à Rome donna à Canova le titre de prince de l'Académie, distinction que depuis longues années on n'avait décernée à aucun artiste. Lors de son second voyage à Paris, Canova reçut un accueil bien différent de celui qu'il avait eu lors de son premier voyage dans cette capitale : il est vrai de dire qu'il venait en France pour présider à l'enlèvement des objets d'art que le sort des armes avait mis en notre pouvoir. On ne peut blâmer le zèle qu'il déploya alors pour faire rentrer dans sa patrie les chefs-d'œuvre qui en avaient long-temps fait l'ornement; mais il peut être permis de rappeler que la hauteur avec laquelle l'artiste remplissait ses fonctions diplomatiques, lui attira plusieurs désagrémens, dont il crut devoir se plaindre. Le ministre français auquel il adressait ses vives réclamations ne paraissant pas adopter ses raisons, notre Italien crut pouvoir lui représenter que dans cette circonstance il était ambassadeur du pape; c'est emballeur que vous voulez dire, lui répondit l'excellence. Mais à son retour à Rome Canova fut amplement dédommagé des désagrémens qu'il avait eus à Paris, par les honneurs de toute espèce dont il fut accablé. L'Académie de Saint-Luc alla en corps à sa rencontre, Pie VII voulut le recevoir en audience solennelle, et lui remettre le diplôme constatant son inscription au livre d'or du Capitole. Il le nomma marquis d'Ischia, avec une dotation de 3,ooo écus romains. En artiste généreux, Canova voulut consacrer cette somme tout entière à l'encouragement des arts. Du reste, ce grand statuaire fit constamment le plus noble usage de son immense fortune : il fonda cinq prix annuels en faveur des élèves italiens de l'Académie de Rome, et ne cessa pendant toute sa vie d'aider les jeunes artistes de ses conseils et de sa bourse.Une

« AnteriorContinuar »