Histoire de la littérature latine depuis la fondation de Rome jusqu'à la fin du gouvernement républicain, Volumen4

Portada
C. Delagrave, 1901

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Contenido

XXI Voyant son voisin Ménédème se soumettre aux plus durs travaux
72
Terreur dAntiphon à lannonce du retour de son père
80
Chrémės rencontre la nourrice de Phanium et apprend comment
86
Micion après avoir un instant laissé craindre à Eschinus
94
Second prologue de lHécyre prononcé par le chef de la troupe
100
Pacuvius XXIX Analyse par Cicéron de la scène de Niptra
106
Caton lAncien XXXII Fragment de son plaidoyer sur ses
112
Devoirs du métayer
118
Le faux riche ou le glorieux
124
Assassinat de Tib Gracchus
130
Apostrophe à M Brutus
136
Lucrèce XLIV Invocation à Vénus
138
Explication du Tartarc
146
Éloge dÉpicure
152
Rien détonnant que lhomine ait su exprimer ses pensées par
158
Catulle LV Lc dieu des jardins
166
llymne en lhonneur de Diane
172
Aux noces de Thétis et de Péléc les Parques prédisent la nais
178
Deux descriptions du zodiaque
184
Publius Syrus LXVII et LXVIII Sentences
190
Cicéron Discours LXIX Il prouve aus juges que lhonneur
196
Désespoir des habitants dEnna causé par un sacrilège
204
Cicéron aſtirme au peuple quil est un consul populaire et
210
Rien de plus incertain que les élections des comices
218
Utilité et agrément de létude des lettres
228
Cicéron qui défend Ligarius reproche à Tubéron de com
236
Peroraison de la seconde philippique 212
244
Cicéron rhétorique XCII Origine bienfaits et abus de lélo
250
Cicéron déplore la mort de Crassus
260
Cicéron en déploraut la mort dHortensius exprime la douleur que lui causent les malheurs de la république et le silence du forum
266
Isocrate et lharmonic dans la prose
268
Lurbanité de langage particulière à Rome
270
Pour tracer le portrait de lorateur parfait Cicéron remontc avec Platon aux principes éternels et immuables
272
Létude de la philosophie est indispensable à lorateur
274
Le vice mème toutpuissant ne peut ètre heureux
296
ny a de vrai bien que celui dont le possesseur peut se glo rifier à bon droit
298
Le monde ne peut être le produit du basard
300
Les détails de notre structure prouvent lattention de la Provi dence Détails concernant les yeux et les oreilles
302
Songes merveilleux ressemblant à des avertissements des dieux
304
Les conjectures des interprètes de songes ne prouvent quune chose la subtilité de leur esprit
306
Plus que personne le vicillard doit sans regret accepter la mort
308
Caton voit avec bonheur lapproche de la mort
310
Obstacles qui arrètent le plus souvent le développement de lamitié
312
Lestime réciproque est nécessaire dans lamitié
314
La grandeur dame
316
Règles de la conversation
320
délibération vous evez rter lidée que votre action restera secrete
322
Correspondance de Cicéron CXXX Lettre à Tiron Cicéron
324
Cicéron i Munatius pour lui recommander Livinéius Tryphon
330
Caton à Cicéron Il lui explique pourquoi il nest pas davis
338
Cicéron à son frère Quintus Il lexhorte à rendre aussi heurcuse
352
Brutus à Cicéron Il se plaint de la lettre trop humble adressée
358
Terreur des soldats de César lors de leur pre
364
Courage de deux centurions
370
Meurs des Germains
376
Un orage ayant causé une crue de la Sègre et de la Cinga
382
Afranius est obligé de se rendre sans combat
388
Défaite et fuite de Pompée
394
Courage dun légionnaire à la bataille de Thapsus
400
Cornélius Népos CLXVII Caractèrc dAtticus
406
Modération de Timoleon
412
Mæurs des premiers temps de la république
420
Comment Catilina et ses conjurés avaient des partisans nom
426
Micipsa cnvoic son neveu Jugurtha combattre en Espagne
434
Métellus rétablit la discipline dans larmée dAfrique 410
442
Varron CLXXXVI De lorigine des noms des choses Mots racines
448
Choix et direction des ouvriers dans la culturc des terres
454
Mæeurs des abeilles lear essaimage
460

Otras ediciones - Ver todas

Pasajes populares

Página 165 - Comata silva; nam Cytorio in iugo Loquente saepe sibilum edidit coma. Amastri Pontica et Cytore buxifer, Tibi haec fuisse et esse cognitissima Ait phaselus...
Página 371 - Cum bellum civitas aut illatum defendit aut infert, magistratus qui ei bello praesint, ut vitae necisque habeant potestatem deliguntur. In pace nullus est communis magistratus, sed principes regionum atque pagorum inter suos jus dicunt, controversiasque minuunt.
Página 369 - Imprimis hoc volunt persuadere, non interire animas, sed ab aliis post mortem transire ad alios, atque hoc maxime ad virtutem excitari putant metu mortis neglecto.
Página 165 - ... eripite hanc pestem perniciemque mihi, quae mihi subrepens imos ut torpor in artus expulit ex omni pectore laetitias.
Página 133 - Nam simul ac species patefactast verna diei et reserata viget genitabilis aura favoni, aeriae primum volucres te, diva, tuumque significant initum perculsae corda tua vi.
Página 137 - ... si non aurea sunt iuvenum simulacra per aedes lampadas igniferas manibus retinentia dextris, lumina nocturnis epulis ut suppeditentur, nec domus argento fulget auroque renidet nec citharae reboant laqueata aurataque templa, cum tamen inter se prostrati in gramine molli propter aquae rivum sub ramis arboris altae non magnis opibus iucunde corpora curant, praesertim cum tempestas arridet et anni tempora conspergunt viridantis floribus herbas.
Página 137 - Denique si vocem rerum natura repente mittat et hoc alicui nostrum sic increpet ipsa: «quid tibi tanto operest, mortalis, quod nimis aegris luctibus indulges? Quid mortem congemis ac fles?
Página 431 - Nunc, quoniam mihi natura finem vitae facit, per hanc dexteram, per regni fidem moneo obtestorque te, uti hos, qui tibi genere propinqui, beneficio meo fratres sunt, caros habeas neu malis alienos adiungere quam sanguine coniunctos retinere. Non exercitus neque thesauri praesidia regni sunt, verum amici, quos neque armis cogere neque auro parare queas; officio et fide pariuntur.
Página 217 - Ego multos homines excellenti animo ac virtute fuisse et sine doctrina naturae ipsius habitu prope divino per se ipsos et moderatos et graves exstitisse fateor : etiam illud adjungo, saepius ad laudem atque virtutem naturam sine doctrina quam sine natura valuisse doctrinam.
Página 165 - Phaselus ille, quem videtis, hospites, ait fuisse navium celerrimus, neque ullius natantis impetum trabis nequisse praeterire, sive palmulis opus foret volare sive linteo.

Información bibliográfica